Trousse sérigraphiée à la main : les coulisses de fabrication

Mes pochettes sérigraphiées DinoBouffe et Océan sont parties très vite et ça me rend folle de joie ! J’ai adoré les créer. Je me suis dit que j’allais te montrer les coulisses de leur fabrication : du premier trait de crayon jusqu’à la dernière couture.


🔎 L’idée, le croquis

C’est la touuute première chose à faire : trouver une idée. Je sors mon crayon (bien taillé) et je le laisse noircir mes feuilles. J’aime bien explorer des styles un peu différents, tester des techniques dont je n’ai pas l’habitude… On va voir où ma main va m’emmener !

Recherches et références

Quand j’ai une piste qui me plaît (ou un début de piste), une direction dans laquelle je pense aller, je fais quelques recherches. Des recherches de quoi ? De référence, mais pas que.

Je dois d’abord regarder si le motif que j’imagine existe déjà ou non (et si je suis assez différente de l’existant) : mon but ce n’est pas de copier ni de plagier le travail de quelqu’un. Je n’aime pas me faire piquer mon travail, je fais donc attention à ne pas voler ou trop me rapprocher de celui de quelqu’un d’autre (il faudrait que je fasse un petit article sur le droit d’auteur à l’occasion).

Pour le motif DinoBouffe, j’ai évidemment recherché des dinosaures (et de la nourrituuuuure) ! Pour le motif Océan, je me suis plongée dans des photos et des dessins sous-marins. Il faut prendre les recherches comme de vraies explorations. On fouille, on découvre, on apprend.

L’inspiration

J’essaye de me remplir la tête de belles images, pour m’inspirer chaque jour. Il y a évidemment Pinterest qui est très utile pour ça, mais ma méthode préférée c’est de scroller dans mes abonnements et enregistrements sur Instagram : j’ai des artistes hyper talentueux et pas assez connus dans mon fil d’actualité. Dès qu’un dessin m’en met plein les yeux je l’enregistre (avec l’outil qui est directement dans l’application) pour pouvoir me faire des sessions « inspiration » de temps en temps.

Ce qui est chouette aussi quand on est en panne d’idées, c’est de prendre l’air, se balader, aller visiter des musées… Mais des fois on ne peut / veut pas sortir. 😉

Enregistrer sur Instagram

✏️ Le dessin final

Quand j’ai un croquis qui me plaît, c’est le moment de le mettre au propre. Mais comment ? D’abord, je choisis quelle technique je vais utiliser.

Le dessin vectoriel

Je vais éviter d’entrer dans les détails pour ne pas te perdre, mais en gros : dessiner en vectoriel, c’est dessiner avec des formules mathématiques. Oui, ça fait fuir dit comme ça. Pourtant, c’est ma technique préférée : pratique et très flexible, je peux agrandir et rétrécir mon dessin à l’infini sans jamais perdre en qualité ! Je peux aussi le modifier très facilement, pas besoin de calques pour chacune de mes formes.

Le dessin matriciel

Une image matricielle, c’est une image composée de pixels. On ne peut pas l’agrandir à l’infini : elle a sa taille maximale (qu’on choisit lors de sa création) au delà de laquelle la qualité sera moins bonne (ce sera pixellisé). Pense à utiliser les calques de ton logiciel de dessin pour séparer chaque élément et pouvoir les modifier facilement.

Je te conseille le tuto d’Olivier Krakus pour en savoir plus sur ces deux techniques.

Comment choisir entre les deux ?

Le vectoriel, c’est en quelque sorte ma valeur sûre quand il s’agit d’un dessin que je vais utiliser pour différents supports, à différentes tailles. Surtout quand c’est pour du motif, je trouve le vectoriel plus adapté pour en gérer les répétitions et les réglages.

Mais j’ai choisi le matriciel pour les Chats Timbrés : parce que je connaissais la surface que j’avais à imprimer et que je ne faisais pas un motif répété. J’ai décidé d’utiliser ces chats uniquement pour ces pochettes sérigraphiées. Accessoirement, je mourrais d’envie de savoir si ça allait rendre bien : j’ai fait ce motif directement sur mon canapé avec l’application Procreate. 😝 Finalement, j’ai découvert un peu plus tard que j’aurais du choisir le vectoriel… Oups !

Je glisse une photo de mon croquis en fond histoire d’avoir mon modèle sous les yeux, et c’est parti !

Process du dessin des Chats Timbrés

🖌 La sérigraphie

Je vais faire une sérigraphie en une seule couleur. Je vérifie qu’il n’y ai pas de lignes trop fines (il faut que l’encre puisse passer). Je met tout en noir et blanc et je file à l’atelier de sérigraphie avec les bras remplis de tissus (lavés et repassés) pour imprimer tout ça !

Je ferais un article plus détaillé sur la sérigraphie dans quelques semaines, pour t’expliquer ce processus d’impression. Voici un aperçu des étapes qui ont été nécessaires : imprimer le typon, insoler le cadre, laver, sécher, vérifier et corriger les petits défauts du cadre, insoler de nouveau, laver, sécher, préparer mes couleurs et mon support… IMPRIMER ! 🎉

Une fois tout imprimé, on sèche, on repasse pour fixer le motif… Et comme l’encre sent fort, je re-lave tout. Et puis je re-sèche, et je re-repasse (il y a beaucoup de repassage).

Petit aperçu du cadre, les zones violettes sont les endroits où l’encre ne passe pas.

✂️ La couture

Ça y’est, c’est le moment de sortir la machine à coudre ! Je choisis mes tissus, je découpe tout à la bonne taille, je prépare mon fil et mes aiguilles… J’essaye d’être la plus rigoureuse possible, de bien aligner toutes mes coutures pour t’offrir une trousse presque parfaite.


💌 Le packaging

Il y a quelques semaines, j’ai cassé ma tirelire pour acheter une machine de découpe / débossage / rainage / gravure / autres trucs. Est ce que ça t’intéresse que je t’en parle dans un autre article ? Si tu as des questions, tu peux déjà me les poser, j’essayerais d’y répondre au mieux. Si tu ne peux pas attendre, le modèle que j’ai c’est la Cricut Maker.

J’ai donc de toutes nouvelles possibilités en matière d’emballage et de petits goodies. J’ai donc réfléchi à un petit cadeau pour aller avec chaque pochette Chats Timbrés… Et c’est là que le choix de la technique de dessin s’est révélé être le mauvais. Pour indiquer à la machine de débosser ou dessiner un trait, c’est mieux d’avoir un trait fin… Heureusement, mon dessin est simple : je peux le refaire en vectoriel sans soucis.

Je sors mon crayon et je réfléchis : quoi de mieux pour aller avec des Chats Timbrés qu’une petite enveloppe avec un timbre à l’intérieur ?


📷 Les photos

Eh non, c’est pas tout à fait fini ! C’est bien beau d’avoir terminé la pochette, mais il faut que je te la montre. Je m’arrange un petit coin avec un tissus tendu pour avoir un fond neutre, quelques décorations que j’ai sous la main, je sors l’appareil photo et hop ! 📸 Je n’aime pas trop retoucher mes photos, je le fais pour mes clients en graphisme, mais ça ne m’intéresse pas de le faire pour mes propres créations. En général, je modifie juste la taille pour que la photo soit plus légère et je dévoile ça sur les réseaux.

C’est terminé, j’espère que ça t’a plu ! C’est la première fois que j’écris ce genre d’article, donc si tu as des retours à me faire n’hésite surtout pas. 🤗

4 commentaires sur “Trousse sérigraphiée à la main : les coulisses de fabrication”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.