Trousses originales à mélanger : un rouleau et des parties interchangeables.

Trousse en forme de lémurien avec partie interchangeable

Une pochette adorable, originale, prête à t’accompagner absolument partout ! Pratique et versatile, elle se compose d’un rouleau et d’une partie détachable… Et changeable. Mais comment ça fonctionne ?

Un rouleau en forme d’animal (mignon !) dans lequel on peut boutonner une trousse.
Tout seul, il peut protéger quelques carnets en s’enroulant autour.
Deux modèles de parties interchangeables sont pour le moment disponibles :
– pochette pour ranger les crayons, marqueurs, feutres,
– trousse zippée avec un tissu enduit à l’intérieur pour y cacher des choses plus salissantes (par exemple des fusains, pastels, savons, brosse à dent…).

Je développe ce projet depuis plusieurs mois maintenant, ça y’est il est enfin prêt ! Je prévois de sortir une seule collection de trousses interchangeables par an, car c’est un énorme travail qui se passe en coulisses. Avec toujours un animal différent à l’honneur, et toujours une partie reversée à une association agissant pour sa protection.

Je ferais un autre article pour te dévoiler les coulisses plus en détail, place d’abord à la présentation détaillée de cette nouvelle collection !

L’article est assez long, voici donc un petit sommaire :

Le rouleau
🇲🇬 Le lémurien

Les parties interchangeables
🖌 La partie zippée
✏️ La partie crayons
🔎 Les boutons
✂️ Le thermocollant

💚 L’association Impact Madagascar

Un animal mignon à enrouler pour protéger ses affaires

Le premier modèle de trousse à mélanger rend hommage au lémurien avec le Maki Catta. Endémiques de Madagascar, les lémuriens sont menacés d’extinction.

J’ai composé avec les traits caractéristiques du Maki Catta pour qu’il reste reconnaissable au maximum. Sa queue permet de fermer le rouleau, c’est bien pratique !

Le rouleau, même tout seul, est loin d’être inutile ! Il permet de protéger quelques carnets par exemple, il peut contenir jusqu’à 2 gros carnets taille A5. Les 4 boutonnières savent se faire discrètes et le tissu gris que j’ai choisi est tout doux. 🙂

Toujours dessiné et sérigraphié à la main

Comme d’habitude, j’ai tout fait de A à Z. Les croquis, les tests, les ajustements, les dessins vectoriels, c’est entièrement fait main. Même la sérigraphie est artisanale : c’est moi qui manie la racle !

La sérigraphie est en une couleur, j’ai eu quelques aléas avec l’encre : le pot était mal mélangé. Je l’ai vu en imprimant les queues, car elles demandent plus de peinture que le reste. Je pensais avoir enlevé toutes les tâches durant la session de sérigraphie, mais une fois le tissu repassé et lavé j’en ai découvert d’autres.
La plupart des tâches sont sur la queue, ce n’est pas gênant pour l’utilisation et les tâches dorées font de jolis reflets… J’ai donc décidé de rogner sur ma rémunération pour proposer un prix plus bas que celui de lancement que j’avais prévu pour ce modèle.

Le Maki Catta, lémurien emblématique de Madagascar

Madagascar est une île incroyable, avec ééénormément d’espèces qu’on ne trouve nulle part ailleurs : pour rester sur les lémuriens, plus de 100 espèces se partagent le pays ! L’île rouge fait aussi partie des premières zones touchées par le réchauffement climatique, et souffre considérablement. La situation, déjà compliquée, est devenue catastrophique.

Effrayée par ce qui se passe en ce moment et sachant les lémuriens menacés depuis des décennies, j’essaye de les faire connaître au fil de mes dessins. C’est un animal presque sacré pour moi, il représente la moitié de ma famille et même si je souhaiterais faire plus, ma situation financière ne me permet pas de donner autant que je le voudrais aux différentes associations que j’apprécie. J’ai décidé de recalculer mes prix pour cette collection afin d’y intégrer une part de soutien. Je te dévoile ce qui se cache derrière mes prix par ici.

Les parties interchangeables, pour faire évoluer sa trousse

Je voulais une trousse qui puisse évoluer en fonction des besoins et des envies. Aujourd’hui j’ai envie d’emmener mes crayons et mes marqueurs en balade, mais demain je vais embarquer ma trousse de toilette en week-end !

Pour ce lancement, j’ai créé deux modèles de parties interchangeables. J’ai pris mes rouleaux d’artiste pour inspiration : une partie avec des compartiments, une partie zippée.

Un motif Lémurien-Bouffe exclusif

Comme pour le rouleau, j’ai réalisé un dessin pour rendre hommage au lémurien… En le transformant en nourriture. OUI, car ici, on change les animaux en nourriture pour la bonne cause ! 🍔

En jouant avec les encres, j’ai pu réaliser quelques dégradés pour les parties interchangeables et les pochettes sérigraphiées assorties. Le résultat me plaît beaucoup, d’ailleurs je n’ai pas pu résister et j’ai gardé certains modèles. 😇

Une partie zippée pratique et solidaire

Après différents tests et retours de mes amis artistes, j’ai réalisé l’intérieur de la partie zippée en tissu enduit : facile à nettoyer, un coup d’éponge et c’est reparti ! Ça permet d’emporter des choses plus salissantes, par exemple des pastels, des pinceaux sales, ou des accessoires de voyage pour faire trousse de toilette.

La partie zippée est un peu spéciale. En plus d’avoir une part reversée à une association (comme les autres éléments de la trousse), la fermeture éclair est de seconde main. Elle vient de la boutique de solidarité Bric à brac, dont les ventes contribuent à aider les plus démunis de la région lyonnaise.

Je suis donc allée fouiller leur énorme tiroir à fermetures. Certaines sont récupérées d’anciens vêtements, d’autres sont encore dans leur emballage. J’ai pris les tailles et couleurs dont j’avais besoin, et bien sûr j’ai tout lavé !
Ça permet d’un côté de réduire le prix du matériel, et d’un autre côté de participer à des causes importantes.

J’essaye toujours de privilégier les objets d’occasion en leur offrant une seconde vie, pas seulement pour mes créations mais dans la vie de tous les jours. Pour les créations, ce n’est pas toujours possible : j’ai des fois besoin d’un certain métrage de tissu, d’une matière spéciale, de boutons d’une taille et couleur précises.

Dans la vie de tous les jours, c’est comme ça qu’on m’a élevée : réutiliser, réparer, récupérer, donner, recycler. Pour l’high tech par exemple, que ce soit mon téléphone, mon ordinateur, mon imprimante ou ma tablette graphique, tout est de seconde-main. Chez nous, on fouille la déchèterie et les sites de bonnes affaires et crois-moi… On trouve de vrais trésors.

Une partie compartimentée pour ranger les fournitures artistiques

La partie pour les crayons, marqueurs, feutres : toujours aussi pratique ! Le dégradé de la sérigraphie est moins visible dessus, mais il est bien là. J’ai adoré assortir mes tissus, j’ai même pu utiliser certaines chutes que je gardais précieusement.

Comme presque toutes mes créations, chaque modèle est unique ou presque. Je fais tout à la main avec amour dans mon petit atelier, il y a donc forcément des différences entre chaque produit.

Le plus fun ? Toutes les parties vont bien ensemble. Même si certaines ont exactement les mêmes tissus, il s’assortissent bien avec les autres couleurs. On peut tout mélanger !

Pourquoi les parties interchangeables ont des boutons ?

Si j’ai choisi des boutons, ce n’est pas pour rien. J’ai réalisé beaucoup de tests, dont des peu concluants, pour cette partie détachable. Il fallait que le rouleau puisse s’utiliser seul en restant esthétique, que la partie se détache facilement mais pas trop non plus (ce serait quand même ballot qu’elle se casse la figure en dépliant le rouleau).
Le système devait être pratique et tenir dans le temps.

Les systèmes qui n’ont pas passé les sélections

Voici un aperçu des différentes pistes qui ont été explorées :

– les boutons pressions : plusieurs personnes m’ont demandé pourquoi je n’ai pas utilisé des boutons pressions. C’était effectivement l’idée la plus logique et la plus rapide à exécuter… Et pourtant ce n’est pas celle que j’ai choisie.
Le problème des boutons pressions, qu’ils soient en plastique ou en métal, c’est qu’on a tendance a tirer fort dessus sans faire attention (je le fais aussi). Je fais mes créations à la main, et peu importe comment je les renforce, le tissu va se fragiliser de plus en plus et va forcément se déchirer à force de tirer dessus. Et une fois qu’il est déchiré… À moins de coudre un patch dessus, on ne peut pas vraiment le réparer. Ça signifie qu’il faudra me renvoyer la trousse pour la réparer (voir carrément la recommencer) et poser à nouveau les boutons pressions qui sont tombés. Ça ne tiendra pas dans le temps.

– Le scratch (ou velcro) : ça fait beaucoup de bruit, on tire fort dessus ce qui fragilisera le tissu avec le temps. Si le scratch se découd et se perd, c’est compliqué de le recoudre soi-même : peu de gens ont un bout de scratch qui traîne, et c’est plutôt fastidieux à coudre à la main.

– Les élastiques : j’ai pensé à un système d’élastiques à entremêler. C’est vite passé à la trappe, car dans le temps les élastiques vont forcément se détendre et ce serait beaucoup trop compliqué à remplacer. Il faudrait forcément découdre la trousse pour la réparer.

– Des sangles : un peu comme une ceinture, les sangles tiennent la partie interchangeable au rouleau. J’ai vite oublié : fastidieux à réaliser (il faut y penser, ça joue sur le prix !), compliqué à réparer.

Les boutons : facilement réparables, ils tiennent dans le temps.

On en arrive donc au système des boutons. De simples boutons.
Pour les boutonner, on est forcé d’aller doucement… On est d’instinct plus lent avec un bouton qu’avec un bouton pression.

Si un bouton se découd, rien de plus simple à remplacer : on a tous des boutons qui traînent, on en reçoit quand on achète des chemises ou des pantalons par exemple, avec des fois un petit kit de couture.
Une aiguille, un bout de fil, un bouton : ça se trouve et ça se coud facilement. Si un bouton se perd, on le remplace en moins d’une minute.

Pas besoin de me renvoyer la trousse, pas besoin de démarches compliquées. Je peux même fournir le bouton si tu n’aimes pas en avoir des dépareillés.

C’est le système qu’il fallait à ces trousses : simple, on y va doucement donc le tissus tiendra plus longtemps, facile et rapide à réparer. En plus, on peut tourner la partie dans le sens qu’on veut ! 🥰

Le thermocollant : pour que la trousse se tienne à carreau.

Le rouleau et la partie pour les crayons ont à l’intérieur une fine couche de thermocollant double face. C’est ce qui permet à la trousse de se tenir quand on la soulève : les deux couches de tissus sont collées entre elles et ne se séparent que si on force dessus.

C’est un allié essentiel : sans lui j’aurais du faire plusieurs coutures au milieu de chaque partie pour forcer les couches de tissus à rester ensemble. En plus de ne pas être esthétique, ça aurait ajouté une masse de travail considérable. J’aurais aussi pu faire une trousse sans doublure : avec un seul tissu. Ça aurait été moins solide et moins joli.

Après lavage, si ça ne colle plus assez, il suffit de repasser la trousse pour réactiver le thermocollant.
D’ailleurs, toutes les parties se repassent sans soucis, et peuvent être lavées jusqu’à 30°. Il faut, dans l’idéal, les mettre dans un filet à linge délicat (ou une taie d’oreiller fermée) et les faire sécher à l’air libre.

Une partie reversée pour faire la différence

Pour chaque élément (rouleau ou poche interchangeable), une partie du prix est reversé à Impact Madagascar. L’association travaille pour la protection des lémuriens et leur environnement tout en agissant pour la population locale. J’ai choisi Impact Madagascar car leur approche globale est, je trouve, très importante. Je me suis retrouvée dans leurs valeurs et, même si les lémuriens sont au cœur de ma collection, il était hors de question d’oublier le reste. Tu peux en découvrir plus sur leur site.

C’est un admirateur des lémuriens qui m’a recommandé cette association. Elle est aussi relayée par l’association Lemur Conservation Network avec qui j’ai eu le plaisir de travailler. Si tu cherches à aider les lémuriens sans savoir par où commencer, va vite découvrir leur site : c’est une mine d’or. En plus, ils sont très respectueux des artistes qui travaillent pour eux !

Je paye des charges sur chaque euro encaissé, même si je donne une partie à une association. J’ai calculé au plus proche pour pouvoir contribuer à une cause qui me tient à cœur. Je t’en dis plus dans mon article sur les prix.

1 commentaire pour “Trousses originales à mélanger : un rouleau et des parties interchangeables.”

  1. Retour de ping : Ce qui se cache derrière le prix de mes créations — Leegloo - Léna Ignace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.